Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

Création 2017 – Gilgamesh

 

 

 

 

                                   

Mon p’tit écho 2018

« Perpétuel Renouveau du Trac », voilà mes vœux !

 

En janvier 2017, mon P’tit écho annuel prenait pour titre  « Une sorte d’au-revoir ». Non pas pour partir mais pour mieux se concentrer sur l’inextinguible désir de sauver « l’outil et l’utopie trac », menacés.   Et comme dans un sursaut, l’année 2017 s’est avérée la plus dynamique, la plus fertile, la plus solidaire de l’histoire de notre association (vous trouverez ci-après des chiffres et des faits qui parlent d’eux mêmes).

Cela fut, de la part de tous les adhérents, bénévoles, salariés en sursis … emmenés par la Présidente et les multiples projets,  une fière et folle réaction de survie à la hauteur des difficultés et du défi que la situation nous imposait. Bref rappel : baisse drastique des subventions en 2016  avec ses conséquences douloureuses ; déficit d’exploitation de 59 000 euros, dû à la décision généreuse de maintenir les emplois, pour être finalement contraint au licenciement.

 

Alors, pour 2018, j’écrirai dans le même état d’esprit combatif, critique et auto critique «Une sorte d’adieu » , à savoir mon dernier P’tit écho, en souhaitant que d’autres prennent la suite car ce frêle lien participe de la transparence associative et de l’échange amical !

Vous comprendrez qu’il ne s’agit pas d’abandonner le sillon tracé pendant 50 années d’engagement dans la vie socio culturelle du « Pays », mais plutôt d’accompagner l’évolution nécessaire pour que naissent les forces indispensables à la sauvegarde de ces belles utopies que sont « le jeu de l’enchantement théâtral » et l’éducation populaire.[1]

Peut-être que cette démarche, parfois considérée comme « ringarde », disparaîtra des pratiques culturelles et du champ institutionnel (comme ont été mis à mal tant d’autres beaux rêves nés de luttes collectives, de résistances et de transmissions) mais je suis convaincu que demeurera toujours le désir de partager et de vivre intensément l’acte commun de création poétique.

 

La « beauté » a besoin de tous, et nous avons tous besoin d’elle. La beauté ne peut être confisquée, ni imposée. Elle se caresse et nous caresse dans la lucidité du don réciproque.

 

C’est à cela que nous aimerions modestement contribuer. Aussi loin que possible de valeurs formatées et marchandes à la mode, y compris dans l’art et les politiques culturelles.

Mais pour moi, le moment arrive de laisser doucement et naturellement la place, et de faire en sorte que la transmission et le renouveau soient possibles dans le respect des acquis, de l’esprit d’ouverture et d’humanisme qui motivent l’aventure sensible du Trac.

Je me réjouis déjà du « compagnonnage » avec la jeunesse qui voudra bien perpétuer le temps du doute artistique dans l’euphorie de la créativité avec les autres.

 

Quoi de plus beau que la joie d’un collectif humain au travail qui fait œuvre de sa diversité solidaire, qui devient « œuvrier » d’émotions et de réflexions, et qui met toute cette énergie au service d’une Œuvre poétique qui nous dépasse et nous entraîne – comédiens et public- dans les ailleurs de l’être et de l’art, voire du sacré !

 

Ce bonheur là nous l’avons encore vécu avec notre dernière création « L’épopée de Gilgamesh – Paroles d’Argile », et je ne peux que souhaiter ces mêmes instants heureux à tous ceux qui s’engageront dans les prochains projets du Trac et qui participeront au développement d’une vision alternative, juste, fraternelle et enchantée du monde et des rapports sociaux.

 

En ce qui me concerne, au sein du Trac, je m’en tiendrai strictement au travail concret sur les projets et les réalisations théâtrales dans le clair-obscur du plateau.

Pardonnez-moi donc s’il m’arrive à l’avenir d’avoir moins de vivacité dans les réponses aux sollicitations de la « culture », contemplatif que je serai sur les chemins de nature, ou bien dans mon jardin !

 

 

Comment, après cela, résumer en chiffres l’année 2017 ?

 

Vous comprendrez, chers amis, qu’après avoir joué le jeu des bilans et des évaluations pendant tant d’années avec le souci d’une bonne gestion des deniers publics, ce n’est pas sans une certaine ironie, ni sans amertume que je vous livre « du quantitatif ».  

Commençons par les chiffres étonnants : 142 représentations pour 9630 spectateurs.

Ce qui signifie quasiment une moyenne de 3 représentations par semaine !!!

 

Sauvegarder l’autonomie du Trac et «  l’outil professionnel au service des amateurs », que la troupe a su créé, avec son « vrai théâtre à la campagne » et ses intervenants professionnels, demande une mobilisation constante de la part des adhérents (192 en 2017), notamment pour la diffusion qui contribue à la part importante d’autofinancement.

 

Les spectacles du trac ont été présentés dans 45 communes, dont 7 nouvelles.

Concentrés sur le Vaucluse  (30 communes) et 10 communes des autres départements de la région Paca. Et une sortie « Conteur » en Suisse !

 

À noter, notre présence en milieu rural avec 118 représentations dans des villages de moins de 5000 habitants. Et aussi l’importance du travail d’éducation artistique de nos animateurs en milieu scolaire auprès de 1214 enfants et adolescents.

 

Quant à  la diversité du répertoire proposé, elle couvre tous les genres et va des petites formes (contes, lectures théâtralisées...)  aux créations à grande distribution et scénographies complexes, avec dans la plupart des cas de la musique et du chant sur le plateau !

 

En récapitulatif, le Trac a joué, 22 spectacles différents dont

  • 11 créations qui ont vu le jour en 2017 (Le Malade Imaginaire ; Petit Musée des destinées extraordinaires ; Le Commissaire dans la Truffière ; Animal AniMots ou La Fontaine se ressource ; Le Bouscatier Révolté ; Le Vacarme des Anges, Paroles de Pierres ; Un Village-un Auteur ; La Grand-mère de Jade, Rêves de Livres, L’épopée de Gilgamesh-Paroles d’argile)  
  • 11 reprises (SecteInsectes ou Si J.H. Fabre m’était raconté… ; Résistance Maquis-Ventoux ; L’Enfer de Dante ; Marius Jacob, L’Anar au grand cœur ; Dom Juan ; L’Avare ; Shakespeare’s Commedia ; Récits Innocents ; Loups et Bergers ; L’Arbre ; MédiéVal Vin Vigne)

 Sans compter les divers spectacles thématiques et créations des Conteuses et Conteurs du Trac qui ont totalisé 29 représentations dans plusieurs villages et festivals !

 

Le Trac a essayé de maintenir l’accueil de troupes dans notre théâtre (avec les Vendredis du Trac), mais à regret il faudra y renoncer faute de moyens et de personnel (depuis la suppression du Pôle de développement culturel).

En attendant de pouvoir, peut-être réaliser le projet de « Résidences partagées » avec des jeunes !

 

Alors, quels projets pour la suite ?

 

Juste vous dire en quelques lignes que nous espérons continuer notre « sentier théâtral » avec l’aide des uns et des autres. Celle de la Commune de Beaumes est exemplaire, et l’association fait tout son possible pour convaincre (résultats et projets à l’appui) les partenaires traditionnels du Trac de ne pas abandonner cette forme citoyenne d’expression culturelle.

Les projets, outre les activités et actions classiques reconduites, vont donc s’orienter vers trois objectifs :

  • « Osons la Paix ! »

Sous ce titre, nous regroupons toutes les manifestations culturelles autour de la création « collective » 2018, laquelle sera consacrée au 4ème épisode de l’histoire de France en chansons et récits : « Colporteurs d’Histoire(s) – D’un armistice (1871) à l’autre (1918) », avec la reprise de « Terres de Poilus » et son complément historique 1871-1914, intitulé « Camelots de Rue ».

 

  • « Fêtons 50 ans de théâtre ! »

La saison 2018-2019  sera particulière car elle nous permettra de fêter à la fois les 40 ans du Trac et de réfléchir au chemin parcouru depuis la création en 1968 de la MJC d’Aubignan et de son Atelier Théâtre où se formeront les jeunes qui fonderont le Trac.

Dans cette perspective deux d’entre eux (Roland et Vincent) reprendront « Fin de Partie »          de Beckett (30 ans après !). Par ailleurs, Pierrick et Evelyne ont pour projet de reprendre     « Fracasse » qui fut le spectacle premier, fondateur de la troupe-trac !

 

  • « La CarrioleMolière ! »

Nous passerons tout naturellement du chariot de Fracasse à celui du jeune Molière itinérant ! Notre compagnonnage avec J.B. Poquelin ne peut que nous amener à prendre le temps de promener son œuvre (4 ou 5 comédies) de village en village au cours des saisons à venir, jusqu’à l’année du 400ème anniversaire de sa naissance !!!

 

      Bien entendu, ces projets s’étofferont au fur et à mesure, et ceci n’empêchera pas d’autres initiatives ou d’autres créations en réponse à des sollicitations, à des partenariats, à des « urgences » ou bien à des coups de cœur.

Mais la question des moyens financiers et humains pour la viabilité des projets en déterminera aussi les limites.

 

      Il est encore temps de vous souhaiter, en compagnie de toutes les équipes du Trac, une Année Heureuse ! Et que soit préservée la joie de se retrouver et de s’émerveiller…

 

                                                                                                          Vincent

 

[1]     Pour nous, le choix d’un théâtre d’éducation populaire représente un engagement citoyen permanent dans l’action culturelle en privilégiant la créativité partagée, la quête de sens (aussi bien dans la démarche collective que dans la révélation de l’œuvre), et l’élaboration d’un regard critique et poétique sur le monde.

 

Tag(s) : #Brèves de Trac - Actualités

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :