Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   ' Echo    N° 56    : Mars à Juillet 2005

A tous nos amis spectateurs,d’hier,  d’aujourd’hui et de demain, connus et inconnus, fidèles et occasionnels, proches et lointains, ces lignes d’un metteur en scène contemporain :

« Le regard du public est le premier élément qui aide  [ l’acteur à jouer juste ] .Si l’on sent ce regard comme une véritable exigence qui demande à chaque instant que rien ne soit gratuit, que rien ne soit dans la mollesse mais tout dans l’éveil, on comprend alors que le public n’a pas une fonction passive.

 Il n’a pas besoin «d’ intervenir », de se manifester pour participer. Il est sans cesse participant par sa présence éveillée. Cette présence doit être ressentie comme un défi positif, comme un aimant devant lequel on ne peut se permettre d’être n’importe comment ».

Peter Brook : « Le diable, c’est l’ennui »,"Propos sur le théâtre " - Théâtre/Éducation, cahiers n°4- Actes Sud-Papiers -

 

 

Réflexions : Théâtre et démocratie.

On sait à peu près que, dans la sphère culturelle occidentale, le théâtre est né il y a environ 2 500 ans à Athènes, en même temps qu’un  premier balbutiement de démocratie.

Si l’on peut ignorer les thèses tentant d’expliquer une telle coïncidence, comment en rendre compte à s’en tenir seulement à la double expérience qu’on peut avoir au TRAC, expériences dissymétriques le plus souvent, de spectateur et d’acteur, la première présumée ancienne et passablement innocente, la seconde plus ou moins fraîche et un tant soit peu initiée ?

Le théâtre a-t-il à voir avec la démocratie ? Serait-il par nature de la démocratie à l’œuvre dans le champ artistique ?

Oui, parce que si la littérature (autre que théâtrale), la musique, la peinture, etc… convoquent ordinairement le public à un tête à tête silencieux et personnel avec le créateur, le théâtre, lui, n’existe que pour et dans le spectacle. Et là, il se passe des choses tout à fait extraordinaires. Des gens de conditions et d’âges très divers font des trajets, parfois longs et pénibles, par grand froid ou grosse chaleur et, sans qu’on les y ait forcés, paient pour voir, dans des conditions matérielles volontiers rudes, des spectacles dont ils ne savent rien, ou si peu.  Devant eux, les acteurs avec un texte à dire; et puis, décors, lumières, musique ; et l’omniprésence invisible du metteur en scène. Ces acteurs qui, en s’exhibant, jouent un peu leur peau sans qu’on les y ait forcés, ont consacré des mois, des années (pour les professionnels) à apprendre peu ou prou à s’exhiber, à incarner publiquement un texte, des idées, des sentiments, des émotions qui sont et ne sont pas les leurs.

 Ce qui se produit ici est à rigoureusement parler un corps à corps. Ce corps à corps, exclusif du théâtre, est un dialogue vivant entre deux groupes bien étranges : d’un côté, le Public-nom commun singulier-(« Ce soir, le Public était bon ...») qui est le même ensemble que … les Spectateurs, pluriels et divers (ce ne sont jamais tous les spectateurs qui chuchotent, toussent ou font tomber un portable en même temps ! ).

De l’autre, les acteurs, qu’on désigne parfois, si les circonstances s’y prêtent, par le mot singulier de Troupe. Et chaque acteur, personne singulière mais embarquée dans la même aventure que ses compagnons de plateau, doit être, lui, à l’écoute de chacun des autres et de l’ensemble, du texte, du metteur en scène, de lui-même, et du public ! Ce qui fait que : dans la salle, il y a dialogues ; sur scène, il y a dialogues, de la salle à la scène et en sens inverse, il y a dialogues.

Il y a échanges en tous sens, implicites ou formulés. Chacun se compromet avec l’autre (ou contre), peut exprimer en actes des émotions…Le théâtre est ainsi, par nature et éminemment, un art du partage, un art du « vivre-ensemble ».Nous revoilà au chapitre de la démocratie.

P.S. : À l’occasion, dans un prochain Trac écho, nous parlerons des conditions et des limites de validité de cette thèse !

Marcel Leccia...

Édito: les fruits de l’hiver

Le théâtre, la poésie, les arts, ont cette mystérieuse capacité à métamorphoser les choses et les êtres, les mots et... les saisons.Ainsi pour nous, la saison des jours courts (après de longues nuits de travail ! ) a porté ses fruits sur scène pour que le partage soit. Partage des émotions, des idées, des images, des mémoires, des paroles, des fantômes...

Et ce n’est peut être pas le fruit du hasard si la création « Ni ya’yo » (stage de réalisation 2004) a trouvé son public. Sept soirées, salle comble, et beaucoup de jeunes ! La thématique des Indiens d’Amérique du Nord, « L’histoire de Peaux Rouges et de Perfidies Blanches », a certes intéressé  notre public « traditionnel », mais elle a touché un nouveau public, sensible au sujet traité et aussi à la manière, à la forme théâtrale, à l’engagement de l’équipe (comédiens, musiciens, techniciens formateurs) .

« Ni ya’yo - C’est ainsi » : un beau fruit, entre Noël et Jour de l’An, à la mémoire d’une civilisation malmenée par la nôtre, dans sa folle course coloniale et cupide.

***

En fin d’année 2004, nous avons voulu marquer aussi les 100 ans de la parution d’un livre qui nous plonge dans la mémoire de la paysannerie française : « La vie d’un simple ».  Avec la lecture publique de l’œuvre du poète paysan Emile Guillaumin, nous affirmons notre conviction de l’indispensable lien théâtral avec la culture populaire et l’oralité. Un fruit de la terre, authentique.

***

 Début février, nous avons renouvelé, pour la 3e année consécutive, avec la complicité de l’ATV, l’action « Ėmulations ». À la fois temps fort de rencontres, de formations, de représentations, de convivialité, d’échange, et de travail en commun.Huit troupes se sont retrouvées autour du même texte de Noëlle Renaude pour une « émulation » artistique, animée avec intelligence et subtilité par Jean-Pierre Raffaelli du Conservatoire de Marseille. Un fruit, une énergie partagée avec passion et bonheur par la centaine de participants actifs.

***

En mars nous avons initiés une nouvelle action :« Une journée particulière... » avec Molière, en partenariat avec le Conseil Général. Des collégiens d’Orange, de l’Isle sur la Sorgue et de Carpentras ont découvert les ateliers techniques, le jeu théâtral et « l’avare » .Les fruits de demain !

***

Pourquoi le cacher ? Nous avons beaucoup de joie à voir la bonne et pleine utilisation de notre Salle Fracasse. Preuve que l’outil était indispensable, qu’il nous faut le choyer, et trouver les moyens de le faire fonctionner au mieux, et longtemps !

Vincent..

L’atelier théâtre adulte de Frédéric Chiron,

présente un spectacle extrait de l’ouvrage de Noëlle Renaude :« Ma Solange comment t’écrire mon désastre Alex Roux » .Les 3, 4, 5 juin à 21h Salle Fracasse.

« Un atelier est un lieu de découverte et d’apprentissage. C’est un lieu d’échange, un espace de liberté, d ’expression. Si l’un de ses aspects est négligé, le sentiment d’un travail inabouti persistera.

« La souffrance est inutile à la création théâtrale », nous explique, avant tout, Jean-Pierre Raffaelli. J’en conclu, (peut-être hâtivement) que le plaisir est un moteur créatif.

« C’est en tout cas ce que j’essaye de préserver au sein de l’atelier adulte du Trac. « Émulations », nous a donné l’opportunité de travailler sur un concept d’écriture contemporain mais ô combien populaire et vivifiant.

            Le rire, la compassion, l’émotion devraient être au rendez-vous dans les deux parties de la boîte (comme le définit Queneau) que l’on appelle le théâtre ».

Frédéric...

L’écho du Trac, extraits de courriers…

- à propos de « Zorba » .   « Je reçois toujours votre bulletin et je constate avec plaisir que vos activités sont toujours débordantes. Mes vives félicitations!

Je vous remercie d’avoir fait état de la mort d’Eleni. Elle vous aimait tellement. Elle se rappelait souvent de la première de « Zorba » à Cadenet…Au sujet de « Zorba », Monsieur Georges Anemoyannis, un grand metteur en scène grec et fondateur du Musée de Nikos Kazantzakis vous demande des documents sur la représentation de cette pièce : texte, photos etc. Il prépare un livre sur « Zorba au théâtre » et il aimerait beaucoup inclure le Trac » .

Georges Stassinakis.Genève... Président de la société internationale des amis de Nikos Kazantzakis.

 - à propos de « Ni ya’yo » .   « Je me suis régalé, le 29. Bravo ! … Alain Ignace. Président de la cave des vignerons…

 - à propos de « Pétrarque » .« La mise en scène à la sobriété exemplaire, la justesse des acteurs, la perfection de l’interprétation musicale ont servi à souhait une écriture toute en finesse destinée à une formation particulièrement originale. C’est donc complètement séduit que je suis ressorti de cette soirée. Grand bravo à tous ! »

Jacques Jarmasson .Avignon…Directeur-Adjoint. École Nationale de Musique, Danse et Théâtre...

A ceux qui de là haut nous font un signe de la main...

  À Pierre Simiand.

            « C’est lundi 3 janvier 2005, que Pierre nous a quitté, quelques mois après son départ à la retraite. Son inhumation au cimetière de Beaumes-de-Venise ,s’est déroulée comme il le souhaitait, comme il l’imaginait, entouré par la chaleur de l’affection de tous ses proches, et de ses compagnons, partagent  cette passion qui l’a animé jusqu’au bout , celle de l’éducation populaire. Nombreux sont venus, après son inhumation, témoigner, au Trac, des instants de son histoire. Pierre restera un témoin vivant de l’engagement total à une cause, un témoin riche en couleurs » .

« Pierre, spécialiste et « praticien » de la culture occitane a beaucoup apporté au Trac, par sa participation aux recherches, entre autres sur     les créations » : « Colporteurs d’histoire(s) ».

 Autres manifestations culturelles organisées en partenariat avec le Trac à la Salle Fracasse

  ►Culture’Oc : Théâtre Provencal :  « Les VIII èmes rencontres » Avec « l’Oustau de Pais »……. les Vendredi 13 et Samedi 14 Mai

  ►Collège au Théâtre Avec le Conseil Général de Vauclusel…………..le Vendredi 20 Mai

  ►Accueil des étudiants américains Echanges à propos de « Ni ya’yo »……………...le Mardi 24 Mai

  ►« Imagine » Festival de cinéma Avec l’association « Imagine Venaissin» et le Foyer Rural

Lecture de scénarios ………………..le Mercredi 25 Mai (en soirée)

  ►« Fête du foyer rural »  Exposition de peintures au Foyer et spectacles à la Salle Fracasse….le Samedi 18 Juin…à partir de 16h

  ►« Monsieur Armand » dit « Garrincha » de Serge Valletti

avec le « Tanit théâtre » et Roland Peyron…le Samedi 25juin.20h30

  * Du Terroir à l’international

     ● USA– Les échanges assidus avec les enseignants et les étudiants    américains continuent. Nous les accueillerons au mois de mai autour du spectacle « Ni ya’yo » . Le débat sur la thématique des Amérindiens promet d’être passionnant.

     ● Maroc– Peut-être nous faudra-t-il envisager des échanges culturels avec le Maroc aussi réguliers que ceux avec l’Université de Baltimore, avec nos amis hongrois, ou autres européens. En effet, après la tournée de « l’Avare » dans la région de Marrakech, et la formation théâtrale dispensée par Vincent à l’Université de Casablanca en décembre 2004, une nouvelle demande vient d’être formulée par cette dernière pour la rentrée 2005-2006. Par ailleurs une intervention artistique et pédagogique est à l’étude avec l’Apreca et l’Apare dans le Sud marocain !

 * Centenaire de la naissance de Jean-Paul Sartre.

Le Trac souhaite rendre hommage à l’homme de théâtre, au romancier, au philosophe, à l’être engagé, que représente Jean-Paul Sartre. À l’occasion de ce centenaire nous proposons une lecture partielle d’une œuvre peu connue : « Le scénario Freud », éditée chez Gallimard en 1984. Jean Paul Sartre a écrit ce texte en 1959 à la demande du cinéaste américain John Huston. Le réalisateur ayant réduit et transformé le texte original, Jean Paul Sartre avait exigé que son nom ne figure pas au générique du film tourné en 1961 : « Freud, the secret Passion » - (en France : « Freud, désirs inavouables » ) .

  « La longue et complexe histoire des rapports de Sartre avec Freud fait incontestablement partie à la fois de l’histoire de Sartre et de celle de la psychanalyse...elle appartient à l’histoire des idées » J.B. Pontalis.

  * Pièces à Pièces Rendez-vous  « Printemps-été » avec le Trac et ses partenaires

  « Colporteurs d’histoire(s) » de la Renaissance à la Révolution

Pernes-les-Fontaines…..Les Augustins…..Samedi 19 mars ……20h30

Le Thor….. Château de Thouzon…………Dimanche 5 juin……16h

Tél : 04.90.20.60.58 / 04.90.33.92.31  Fête Médiévale avec repas.

Vence (06)…………….…………………...Samedi 2 juillet……..21h

Redortiers (04)...Ferme la Guerrière……...Samedi 9 juillet……..21h

Peyresq (04)……Place du village…..……..Mardi 12 juillet……..21h

Barles (04) .…….Place du village…………Mercredi 13 juillet….21h

Seyne les Alpes (04)…..La Citadelle………Samedi 16 juillet…...21h

Turriers (04).Salle des sports & des loisirs..Vendredi 15 juillet….21h

  « Ni ya’ yo » - « C’est ainsi » . Stage de Réalisation D.D.J.S. 2004

Beaumes de Venise…..Salle Fracasse……..Dimanche 3 avril…..17h30

Rasteau……………….Claep……………...Samedi 9 avril……...20h30

Beaumes de Venise…..Salle Fracasse……..Mardi 24 mai……....20h30

  « De toutes les Couleurs » Co production Le jardin d’Alice -Trac Spectacle enfants de 1 à 5 ans.

Festival d’Avignon du 9 au 23 juillet

Maison du théâtre pour enfants avenue Montclar.Tél: 04.90.85.59.55.

  « À tire d’elles » Co production Traces-Trac Fantaisie féminine dite et chantée.

Pernes les Fontaines…..Les Augustins……...Dimanche 20 mars.16h 04.90.66.49.90. . Association Projecteur.

Beaumes de Venise…..Salle Fracasse……….Samedi 2 Avril…..16h30 

  « L’Avare » de Molière. Création Trac 2003

Beaumes de Venise……..Collèges…….……….Lundi 14 mars…...14h

Pernes les Fontaines……Collège Doche………Lundi 4 avril……..14h

Montfavet…..(Extraits)…Salle du Rex…….…..Mercredi 20 avril...18h 

Lectures  « La vie d’un simple »

Luberon... Promenade littéraire  « Les amis de la violette » le 17 avril

Redortiers………...Salle de la mairie…….…...Samedi 14 Mai...18h30

  « Le scénario Freud »

Beaumes de Venise…..Salle Fracasse…...Jeudi 26 mai… (sous réserve)

Tag(s) : #Ressources et documentations

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :