Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Création 2003

MON THEATRE D'OMBRES 

 

Comédies policières de Pierre Magnan  

 Spectacle Théâtral et musical composé de quatre pièces : 

Le Poteau 

Qui a tué la mairesse ?

Le secret de la mère Imbert 

 
Dates et lieux des représentations passées

Un petit théâtre policier au cœur des Alpes de Haute Provence 

Saluons Pierre Magnan !  
Que l'auteur nous pardonne de plagier son titre « Pour saluer Giono » dans cette brève présentation de son oeuvre Mais nous ne pouvons éviter ce clin d’œil symbolique qui suggère les liens d'une Couvre avec une terre, la « Haute Provence » et avec l'imaginaire universel ! 

Auteur français né à Manosque le 19 septembre 1922, Pierre Magnan publie son premier roman, L'aube insolite, en 1946, suivi de trois autres, sans grand succès et continue à écrire sans être publié. 

Trente ans plus tard, à la faveur d'un licenciement économique, il écrit un premier roman policier, Le sang des Atrides, qui obtient le prix du Quai des Orfèvres en 1978. C'est, à cinquante-six ans, le départ d'une nouvelle carrière où il obtient le prix RTL‑Grand Public pour La maison assassinée, le prix de la nouvelle Rotary Club pour Les secrets de Laviolette et quelques autres. Pierre Magnan aime les vins de Bordeaux (rouges), les promenades solitaires ou en groupe, les animaux, les conversations avec ses amis des Alpes de Haute Provence, la contemplation de son cadre de vie. Il est apolitique, asocial, atrabilaire, agnostique et, si l'on ose écrire, aphilosophique » 

Extrait de Pierre Magnan, « Essai d'autobiographie » in « Le parme convient à Laviolette » , Folio policier 231. 

 Histoires d'une création- rencontre 

 « L'an dernier, par un froid de canard à 1200 mètres d'altitude, sur le plateau du Contadour un soir de juillet j'ai fait connaissance de Vincent Siano et de sa troupe et j'ai été tout de suite subjugué par leur enthousiasme et leur savoir faire. 

La salle était comble : entendez un pré carré de 500 mètres peuplé de plus de cent cinquante spectateurs en tenue d'alpiniste frigorifiés mais conquis et qui riaient quand il fallait, en dépit qu'ils claquassent des dents. 

Une soupe au pistou monumentale, bouillante, faite dans les règles de l'art achevait en bienvenue ce spectacle de choix. 

Je me suis tout de suite dit que si ces acteurs pleins de feu sacré voulaient bien me faire l'honneur de me jouer, j'y prendrais un plaisir extrême. 

C'est fait. Et maintenant, auteur de théâtre, je suis comme un pauvre écrivain débutant qui vient d'éditer son premier livre. Public, aies pitié de moi ! »                Pierre Magnan  

  * * * * * * * *

« Vaste est l'univers du théâtre, mais le hasard et/ou le destin font qu'il s'y produit de belles rencontres. Depuis fort longtemps, je souhaitais que Pierre Magnan écrive une pièce pour le TRAC. J'avais même chargé Serge Bec, notre ami commun, de « faire la commission » . 

Le temps a passé, puis par un bel été (juillet 2002), Pierre Magnan vient voir Colporteurs d'histoire(s) chez nos amis de Redortiers, dans les « Basses Alpes » (comme on disait autrefois). Et voilà qu'il nous parle de la sortie prochaine de Mon théâtre d'ombres, l'édition de ses pièces radiophoniques. 

A peine lues, je lui demande de porter à la lumière son Théâtre d'ombres, et de faire vivre sur scène les personnages « cachés dans le poste » . Sitôt dit, sitôt fait, on part pour l'aventure, pour faire revivre par la magie du théâtre, Les tréteaux de la nuit, l'émission populaire des pièces radiophoniques à tendance policière pour laquelle Pierre Magnan écrivit ces savoureuses « piécettes » . 

L'imagination de l'auteur a suscité la nôtre pour une mise en scène qui compte bien s'amuser avec cette matière à jouer, entre réalisme pimenté et fantaisie poétique. Et grâce au jeu théâtral, nous donnerons à l'accent du terroir les excès de la déraison humaine présente dans les comédies macabres de Pierre Magnan. Quelques clins d’œil à la radiophonie et une large place à l'exhibition d'un théâtre d'acteurs où nous laisserons un peu d'ombre, celle où les personnages se jouent de l'auteur. »  

Vincent Siano 

 

Tag(s) : #Répertoire Théâtral

Partager cet article

Repost 0