Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Colporteurs d’histoire(s) 

 Deuxième époque : de la Renaissance à la Révolution 

Faire revivre les colporteurs, c'est revisiter l'histoire à travers des images qui fluctuent entre mythe et réalité ; c'est suivre, pas à pas, la parole errante sur les chemins de nostalgie ; et c'est aussi jouer et chanter avec les fantômes du passé dont la raison humaine ne peut se passer. Pour notre plaisir théâtral, ils traversent les époques et nous apportent les chroniques du temps. Ils nous racontent de courts récits de l'Histoire de France en saynettes et chansons, pour nous divertir et nous émouvoir.

Qu'ils soient attendus ou mal vus, dans les villages et les bourgs, les colporteurs ont sillonné l'Europe, surtout du XVe au XIXe siècle. Dans ce deuxième périple, les «Colporteurs» transbahutent dans leurs bagages une certaine vision de l'histoire recréée sur un «Pont-Neuf» imaginaire ! 

 

Quels choix de textes, de chansons, de mise en scène ?  

 

Dans un domaine aussi vaste, aussi riche, aussi contrasté, les choix artistiques ne peuvent être que subjectifs et aléatoires. Alors nous avons laissé notre imagination vagabonder vers des rencontres de hasard avec des textes historiques, des souvenirs, des airs populaires, des disques et des livres et nous avons exploité avec délices l’œuvre de Claude Duneton. L'objectif étant d'aboutir à ce «rendez-vous» avec les Colporteurs-comédiens, intemporels qui jouent l'histoire en interprétant librement les mots des chroniqueurs et les récits de naissance des chansons. Un «rendez-vous», sur la place publique, avec les «vendeurs» de chansons immortelles qui défient le temps, les modes, les frontières et les langues. Un «rendez-vous» inspiré par le théâtre de foire, par l'art du Pont-Neuf, et par de multiples clins d’œils à l'esprit frondeur et burlesque qui souffle sur les tréteaux.

 

Parmi ces Colporteurs, dits «faméliques», certains sont mi-marchands mi-saltimbanques ambulants, ainsi que les décrit Laurence Fontaine dans «Histoire du Colportage en Europe» 

«Ils donnent un spectacle, se donnent en spectacle et vendent du divertissement et du rêve !... Les plus riches de ces vaguants ont quelques marchandises à offrir, un peu de mercerie, des jouets, quelques imprimés et pour vendre ils mettent en scène rêves et attentes paysannes. Les ballades et les faits divers ouvrent les villageois enclavés aux événements du monde, à l'étrangeté des comportements, aux remuements de l'actualité. Qu'importe que les faits soient fantaisistes et merveilleux, l'essentiel est l'affirmation par le narrateur de leur nouveauté et de leur véracité !»


Dans "Histoire de la chanson française" Claude Duneton écrit :

«Chanter ce n'est pas lire ...ce n'est pas parler non plus . Chanter c'est laisser aller sa voix; son souffle , porter une émotion vers autrui ou simplement la sentir monter en soi. On chante avec les autres, 1e groupe, les amis, la foule, pour goûter le partage des émotions, la nostalgie ou l'enthousiasme pour se sentir soudés, plein d'espoir, forts. Le chant unit les fidèles à leurs dieux, aussi bien qu'il berce la fraternité des buveurs, qu'il attendrit les amoureux ou stimule les combattants. Le chant, parfois affronte la mort […]. Alors le moment est sans doute venu de mieux connaître le passé de la chanson lointaine, sortie des poitrines échauffées, brûlantes d'amour ou d'enthousiasme de ceux et celles qui sont devenus des millions et des millions de fantômes...
Arrive le temps de l'histoire […].
La chanson populaire est celle qui appartient à tout le monde et à personne.
Les ménestrels prolongeant les jongleurs, les adaptent à toutes les situations, et selon leur culture propre, leur public, leur inspiration, les transforment, y ajoutent, certains éléments, en oublient d'autres ;parfois ils, changent tout à fait la musique.»

Les chansons du spectacle :

• « Pilons l'Orge » - Anonyme du XVème siècle. Chanson populaire rythmant le travail des champs.

• «Les vendeurs de chansons » Chanson traditionnelle des bateleurs, baladins et chansonniers du Pont Neuf, sur un air de vaudeville du XVIIème siècle. Pour nous, la Chanson fétiche de nos colporteurs !

• « La Bataille de Marignan» de Clément Janequin (1515) Hymne polyphonique à la musique savante pour célébrer ladite victoire.

• « La mort de La Palice » - Anonyme (1525) Chanson railleuse à l'encontre du Maréchal de La Palice mort à la bataille de Pavie.

• «Chanson contre le Pape» d'Eustorg de Beaulieu (1546).

• « Arri bourriquet » - Anonyme (1560) - Chanson de propagande huguenote se moquant des catholiques.

• « Cantiques sur le massacre de la Saint Barthélemy" » - d'Étienne de Maisonfleur (1572) Hymne écrit « à chaud», quelques jours après le carnage, sous le choc de l'émotion, par un survivant.

• « Mon Dieu ! où est le temps ? » - Anonyme (1590) - Probablement écrit par un «ligueur» catholique, cette chanson portait en frontispice : « Complainte des pauvres catholiques de la France... sur les cruautés et rançons qu'on leur a faites ! »

• « Le printemps retourné » - Anonyme (1586) - Inspiré de Ronsard - Allusion aux guerres de Religion.

• « En m'en allant au moulin » de Gaultier Garguille (1631) - Chanson égrillarde écrite par le farceur de l'Hôtel de Bourgogne, que nous avons placé sur le Pont Neuf, où sans doute il débuta comme tant d'autre saltimbanques !

• « La chanson des harengères » - Anonyme (1648) et bouquet de« Mazarinades » - Chansons politiques et insurrectionnelles pendant les Barricades contre le gouvernement et les mœurs de Mazarin.

• «Qu'importe que tu sois... » de César de Chevigny (1655) - Étonnante chanson «moderne», écrite par un précurseur des idées du XVIIème siècle, un prêcheur d'athéisme épicurien !

• « Air sur les enfarinés » de Philippot 1665) - Chanson satirique contre la mode des perruques et des poudres, que nous avons détournée (suivant en cela la bonne tradition de la chanson populaire) pour annoncer la mort de Molière.

• « Martin prit sa serpe » - Anonyme (1724) - Ronde insolite et moqueuse qui rappelle sans doute le terrible hiver de 1709 qui emporta bien des paysans.

• «Enfin Louis le Grand est mort » - Anonyme (1715) - Réjouissance populaire à la mort du Roi despote, Louis XIV, sur l'air, très prisé à l'époque de «la Faridondaine».

• « Jeanneton ...» et bouquet de chansons dites folkloriques - Chansons faussement naïves et enfantines du XVIIIème siècle qui cachent bien des fantasmes !

• « Les bienfaits du système » (1719) et « Les méfaits du système » (1720) - Chansons sur le système financier mis en place par Law qui provoque spéculation , inflation et banqueroute.

• « La complainte de Mandrin » - Anonyme (1755) - Chanson légendaire qui n'est qu'un reflet éloigné de l'authentique personnage, bandit d'honneur, tenant tête à l'armée.

• « Un Roi de vingt ans » de Charles Collé (1774) - Éloge du jeune Roi Louis XVI, dont le règne débute sous le signe de l'espérance, avec une pointe d'ironie dubitative.

• « Autrefois, aujourd'hui » de Louis - Sébastien Mercier (1783) - Chanson du style vaudeville jetant un coup d'ail amusé sur le progrès et les nouvelles mœurs de fin du siècle.

• « Malbrough s'en va-t- en guerre » - Anonyme (1781) - Chanson du Pont Neuf qui avait servi de berceuse au dauphin, fils de Louis XVI !

• « La trahison punie » de Ladre (1792) - Chanson révolutionnaire menaçante, sur l'air de « Malbrough », qui accuse le Roi et Marie Antoinette d'intelligence avec l'ennemi.

• « Digo d'Jeannetto » de Marsollier (1789) - Chanson en patois extraite de l'opéra-comique « Les deux petits Savoyards », qui connut un immense succès.

• «Déclaration des droits de l'homme » - Anonyme (1789) Hymne didactique et politique à la gloire de la liberté et de l'égalité.

• « Ça ira » de Ladré (1790) - Un chanteur de rue composa ces paroles, la foule les chanta sur le chantier de la « Fête de la Fédération », et les révolutionnaires y ajoutèrent un féroce refrain.

• « Au clair de la lune), - Anonyme (1790) - Pendant les échauffourées, la chanson douce et érotique continue !

• « Le voyage du bonnet rouge » de Salle (1792) - Chansonnette aux allures farfelues, pourrait être une première version de «l'Internationale » dans l'esprit universaliste des sans-culotte.

• « La guillotine » - Anonyme (1792) Eloge du tranchoir égalitaire !

• « La Carmagnole ", - Anonyme (1792) - Chanson emblématique de la révolution ; Commentaire railleur-vengeur de l'actualité aux dépens de la Reine et du Roi, qui allait évoluer avec les évènements (et même revenir dans le sud d'où serait partie la mélodie !).

• « La Marseillaise » de Rouget de Lisle (1792) La surprise !

Quelques repères historiques :

 

1431

Mort de Jeanne d'Arc

1453

Fin de la guerre de Cent Ans

1492

Christophe Colomb aborde aux Antilles

1515

Avènement de François 1er  La victoire de Marignan lui assure la possession du Milanais

1525

François 1er, vaincu à Pavie, est fait prisonnier.

1547

Avènement d'Henri II

1559

Avènement de François II

1560

Avènement de Charles IX, et gouvernement de sa mère : Catherine de Médicis

1562

Guerre de Religion entre Catholiques et Protestants.

1572

Massacre de la Saint Barthélemy

1574

Avènement d'Henri III

1576

Henri de Guise forme la Sainte Ligue dirigée autant contre le roi que contre les protestants

1588

Après la Journée des Barricades, Henri III s'enfuit de Paris. Il laisse la place à Henri de Guise, puis le fait assassiner à Blois.

1589

Henri III assiège Paris. II est assassiné à son tour par le moine Jacques Clément.

Crise salique : la couronne sans héritier mâle.

1594

Henri IV entre à Paris

1598

Édit de Nantes : accorde aux protestants l'amnistie et la tolérance religieuse.

1610

Henri IV est assassiné par Ravaillac. Avènement de Louis XIII.  La régente Marie de Médicis et Concini dirigent le gouvernement

1643

Avènement de Louis XIV

Gouvernement d'Anne d'Autriche et du Cardinal Mazarin

1649-1653

La Fronde : Troubles politiques contre Mazarin.

1661

Mort de Mazarin

1673

Mort de Molière

1685

Révocation de l'Édit de Nantes 

1715

Avènement de Louis XV et Régence de Philippe d'Orléans

1716-1720

Système financier du banquier John Law

1774

Avènement de louis XVI

1776

Proclamation de l'indépendance des Etats-Unis d'Amérique

1789

Début de la Révolution française avec la prise de la Bastille ; Nuit du 4 Août : l'Assemblée Nationale vote l'abolition des privilèges ; et le 26 août, la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

1791

Rattachement du Comtat Venaissin à la France.

1792

21 septembre. Proclamation de la 1ère République.

 

Conception et mise en scène : 

Vincent Siano  

Distribution :  

Comédiens-Chanteurs et musiciens :  

Joëlle Arduin 

Jean Luc Blatière  

Gilbert Chiron 

Marie coquet  

Nicole Ferrer 

Jean Marie Fraysse 

Florence Galvez  

Daniel Giusiano 

Marcel Leccia 

Suzanne Mas-Rubio

Denis Mergault 

Marie Noëlle Muller 

Patrick Joussemet 

Scénographie : 

costumes: Olivia Charbonnel 

Décors : Patrick Roux 

Maquillage : Cathy Arnaud, Laure Chiron 

Régie et éclairage : Mathieu Charasson 

Remerciements pour leurs conseils avisés : 

Pierre Simiand 

Christian Vermorel 

Roger Blanchard 

Érick Priano 

Pierre Valy

Sources bibliographiques : 

Histoire de la chanson française. Claude Duneton. Seuil - 1998 

Paris Voix de Ville. Roger Blanchard. Ville de Paris - 1998  

Anthologie des chants populaires français. Joseph Canteloube. Durand – 1951 

Cours d’histoire de la musique. Jacques Chailley. Leduc – 1972  

Histoire de France. Marc Ferro. Odile Jacob – 2001 

L’identité de la France. Fernand Braudel. Flammarion - 1986 

Histoire du colportage en Europe. XVème /XIXème siècle. Laurence Fontaine. Albin Michel – 1993

Le théâtre du foin au XVIIIème siècle. Dominique Lurcel. 10/18 – 1983 

 

 

Album photos   Dates, lieux, horaires      Retour à l'accueil



 
Tag(s) : #Répertoire Théâtral

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :